This website uses cookies.
OK

Nuits Beau Tas

Nuits Beau Tas: James Tenney/Morton Feldman (w Clara Levy, McJJ)

LINK TO THE FB EVENT

A night with two major american composers using repetitive patterns and evocating minimalism...
With Clara Levy (violin) and JJ Duerinckx (sax)

Clara Levy, is a french violinist, based in Brussels since 2011.
Mostly active in the field of contemporary/experimental music, she collaborates with ensembles such as Hanatsu Miroir, Ensemble Ictus, Collectif Dodeka, Ensemble Hopper, as well as the following composers : Christophe Guiraud, Fritz Hauser, Erika Vega, Jürg Frey, Michael Grebil-Liber, Kaija Saariaho, Michael Beil, Klaus Lang, Szymon Brzoska, Karl Naegelen… Fond of contemporary dance and performance, she got the occasion to play on stage with Sidi Larbi Cherkaoui and work with choreographer, theater makers such as Vera Tussing and Jan Rohwedder. She recently got interested in sound art and realized a sound installation in collaboration with Heike Langsdorf : « Rum-erra-torium » (within the House of Ear, a project curated by David Helbich, for Ear To The Ground Festival @ De Bijloke / Gent)She regularly plays in Belgium and worldwide (OzAsia Festival - Adelaide, Théâtre de la Monnaie - Bruxelles, De Bijloke - Gand, Café-Oto - Londres, Opéra de Lille, Philharmonie du Luxembourg, Festival de Bayreuth, Xornadas de Musica Contemporanea - Santiago de Compostella)...

https://soundcloud.com/claralevyolin

Clara Lévy est une violoniste française établie à Bruxelles depuis 2011.
Principalement active dans le milieu de la musique contemporaine/expérimentale elle collabore avec des ensembles tels que Hanatsu Miroir, l’Ensemble Ictus, le collectif Dodéka Ensemble Hopper, et des compositeurs comme Christophe Guiraud, Fritz Hauser, Erika Vega, Jürg Frey, Michael Grebil-Liberg, Kaija Saariaho, Michael Beil, Klaus Lang, Szymon Brzoska, Karl Naegelen...
Très intéressée par la danse contemporaine et la performance, elle a eu l’occasion de jouer sur scène aux côtés de Sidi Larbi Cherkaoui et de travailler avec des chorégraphes tels que Vera Tussing, Jan Rohwedder et a récemment réalisé une installation sonore, en collaboration avec Heike Langsdorf (« Rum-erra-torium »).
Elle se produit régulièrement en Belgique et à l’international (OzAsia Festival - Adelaide, Théâtre de la Monnaie - Bruxelles, De Bijloke - Gand, Café-Oto - Londres, Opéra de Lille, Philharmonie du Luxembourg, Festival de Bayreuth, Xornadas de Musica Contemporanea - Santiago de Compostella)...
https://soundcloud.com/claralevyolin

http://brahms.ircam.fr/james-tenney
James Tenney est né le 10 août 1934 à Silver City, Nouveau-Mexique. Son éducation musicale débute avec des leçons de piano et de composition pendant qu'il reste en Arizona et au Colorado. Tenney poursuit ses études à l'Université de Denver, à la Juilliard School of Music, au Bennington College (B.A. 1958), et à l'Université d'Illinois (M.A. 1961). Parmi ses professeurs, plusieurs maîtres comme Eduard Steuermann, Chou Wen-Chung, Lionel Nowak, Carl Ruggles, Lejaren Hiller, Kenneth Gaburo, et Edgard Varèse.

Ses études finies, Tenney se joint à l'équipe technique des Bell Telephone Laboratories entre 1961 et 1964. Là, il travaille avec Max Mathews dans le développement de nombreux logiciels pour la composition musicale et la génération du son. Pendant ces années, Tenney apporte une énorme contribution dans le domaine de la musique électronique.

En 1963, Tenney établit l'ensemble Tone Roads, qui se fait connaître à New York en présentant des oeuvres de Charles Ives, Varèse, Feldman, Ruggles, Cage, et d'autres compositeurs contemporains illustres. Étant interprète aussi bien que théoricien, Tenney joue les rôles de pianiste et de chef d'orchestre pour le groupe de 1963 à 1970. Il a aussi l'occasion de jouer avec les ensembles de Harry Partch, John Cage, Steve Reich, et Philip Glass.

http://brahms.ircam.fr/morton-feldman
Né le 12 janvier 1926 à Manhattan (New York), second fils d’Irving et Francis Feldman, Morton Feldman est issu d’une famille juive d’origine ukrainienne, qui avait immigré aux États-Unis, en passant par Varsovie. Il étudie le piano avec une élève de Ferruccio Busoni, Vera Maurina Press, qui avait autrefois côtoyé Alexandre Scriabine dont l’influence sur les premières œuvres de Feldman est manifeste, et qui lui inculque « une sorte de musicalité vibrante, plutôt que du métier musical ». Pionnier américain du dodécaphonisme, qu’il n’aborde pourtant jamais en cours, Wallingford Riegger lui donne, à partir de 1941, des leçons de contrepoint. En 1944, Stefan Wolpe devient son professeur de composition et arrange rapidement une rencontre entre Feldman et Edgard Varèse, qui lui dit : « Vous savez, Feldman, vous survivrez. Je ne suis pas inquiet pour vous. » Longtemps, Feldman se rendra chez Varèse presque toutes les semaines, « ne se sentant pas très différent des gens qui font un pèlerinage à Lourdes et en espèrent une guérison."