This website uses cookies.
OK

ARNE Vinzon + LEM

Les Disques Bon Marché du Satanisme et le Café Central ont le plaisir de vous inviter à:

LEM (be) + ARNEZ VINZON (fr) + DJ Bouboule Boum Boum

Après avoir joué en première partie de Arne Vinzon à Paris cet automne, LEM est heureux de convier Arne pour le match retour à Bruxelles! Arne Vinzon jouera en première partie de LEM au Café Central ce 25 avril. Au plaisir de vous y voir!

LEM

https://lemheroika.bandcamp.com/
https://www.youtube.com/watch?v=hMlBbajDK6o

LEM est le projet de Nicolas Ekla, ancien membre des Brochettes et de Ming.
LEM joue de ses vieilles boîtes à rythmes et de ses synthés foutraques, accompagné à la basse de Wilf Plum (ex Dog-faced Hermans) et aux claviers de Cha! (Refurinn Kitsune) pour servir une sorte d'électro-pop décalée en français.
Entre modernité new-wave et poésie noire, dérive urbaine et hymnes amoureux.

ARNE VINZON

https://www.facebook.com/pg/ArneVinzon/
https://dokidoki.bandcamp.com/album/la-derni-re-fl-che
https://www.youtube.com/watch?v=GikpSM7aAEg

Découvert avec l’album "Le monde entier" et son hit-single « Lente dépression » (600 000 vues sur Youtube), Arne Vinzon avait créé le buzz en 2011 par sa manière unique de marier tragédie existentielle et légèreté pop, cold-wave et autodérision, pleurs et danses binaires. En 2013, il trompait son monde en faisant succéder à cet album plein d’audaces et d’humour, "Les belles structures", amer constat de désillusion, tentative de fuite hors de la terre et de la réalité, en avion, en bateau, ou dans une voiture qui filait dangereusement sur les routes de Normandie. Aux otaries du bois de Vincennes succédait la vision désespérée d’un monde violent et cynique, l’imprudence de Bashung et la mélancolie technoïde remplaçant les jeunes gens modernes et autres Partenaires Particuliers.

Cinq ans plus tard, le constat se fait plus rude encore, en parfait reflet des petites apocalypses personnelles qui font la grande apocalypse générale. Arne Vinzon continue d’y siffloter, mais comme déjà détaché de la pesanteur terrestre, en oiseau messia(e)nique annonciateur des grands silences à venir. Un oiseau qui n’a plus le courage de chanter, dans le vent glacé, c’est un peu comme un fonctionnaire démissionnaire ou en disponibilité.

Portée par des rythmiques electro minimales et des nappes synthétiques détunées, la voix aussi grave que fragile d’Arne Vinzon, tel un Major Tom des territoires intérieurs, se réduit, comme le langage, de la lamentation à la simple respiration, jusqu’au dernier souffle, et un point final. Et dans le grand streaming et les petits clouds, c’est comme un oiseau qui chante sa dernière mélodie.

DJ Bouboule Boum Boum

Bouboule Boum Boum, c'est le nouveau sobriquet que s'est trouvé Vincent Satan. Ca colle mieux à son physique et à la finesse de ses sets !