Little ballroom (fr)+ dj benjistomp

 

Audrey Champenois, fondatrice et accordéoniste-chanteuse de Little Ballroom avec Automne Lajeat au violoncelle, Cyrille Andrieu à la batterie et Thomas Gromb à la basse, revendiquent le chic du vulgaire. Ils emportent de leurs mélodies dures amères leur show cabaret rockpunk survolté avec grâce, humour et volupté. Ils nous embarquent dans leur délire à la veine surréaliste, où le mot d'ordre est No Limit!!! Les textes assènent, cognent et caressent comme autant de pied de nez lancés à la vie, à la mort, aux complexes, vices et contradictions de la société, à l'amour. Ils ont le chic de leurs déveines, de leurs impayés, de leurs yeux fondus de noir,... une nuit trop longue à finir...

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE ROCK & FOLK
"Chienne A Punk" constitue une entrée en matière échevelée et provocatrice pour l'ouverture du premier album de Little Ballroom. Ce quartette francilien a tout pour décontenancer : la chanteuse crache des textes entre-dedans en faisant le grand écart entre chanson réaliste et éclats destroy, alors que ses compagnons optent pour la contrebasse, l'accordéon et le violoncelle. Si le concept de cabaret punk laisse dubitatif, le répertoire trop hétéroclite ne manque pas de caractère et réserve quelques surprises percutantes."
Rock & Folk

"Attention, si vous pensez entendre des valses moelleuses ou autres douceurs, vous serez étonnés !Ce quatuor, dont les piliers sont deux filles énervées, embarque dans un mélange détonnant fait de rock garage, de bals traditionnels et de punk. Audrey, au chant rageur, manie son accordéon comme une arme de destruction massive, arrivant à lui faire exhaler des sons rock à souhait. Quant à Automne, elle sait donner à son violoncelle toute sa place dans ses compositions totalement déglinguées. Les thèmes sont déjantés et misent beaucoup sur la provocation ( Chienne à punk, Ramasser ). Les punkettes vont jusqu'au bout de leur délire; Parfois accordéon et violoncelle s'entrelacent dans des morceaux plus délicats (Cravale, Infini en cul de sac) mais toujours un brin irrévérencieux. L'ambiance est réussie et donne envie de découvrir la dimension scénique de ces frappadingues."Isabelle Leclerc / Longueur d'ondes

http://www.littleballroom.com/